L’écran Retina est désormais majoritaire sur les iMac, grâce à sa généralisation sur les trois 27″ et son arrivée sur l’un des trois 21,5″. Le ticket d’entrée pour un iMac est de 1 249 € — Apple n’a pas touché ses prix — il faut ajouter 450 € (1 699 €) pour disposer de ce qui est probablement la plus belle dalle du marché dans cette diagonale. Auparavant, il fallait débourser 2 300 € pour acheter un monobloc Retina et c’était un iMac 27″. On est ainsi largement passé sous la barre des 2 000 €. Certes, il faut se « contenter » d’une diagonale plus petite mais ce sera justement un critère de choix pour certains clients chez qui la place manque pour installer le grand modèle.

Les nouveaux iMac 27″ et 21,5″

Broadwell est arrivé

L’iMac 21,5″ Retina 4K que nous avons testé (son grand frère 27″ de milieu de gamme le sera dans la foulée) a des points communs avec les deux autres modèles non Retina. Ils ont tous 8 Go de RAM (16 Go maxi) et 1 To sur un disque dur de 5 400 TPM. La connectique est identique : quatre ports USB 3, un lecteur de cartes SDXC et deux ports Thunderbolt qui passsent en version 2 pour l’occasion. Pas de Thunderbolt 3 (ce n’est pas non plus urgent sur cette catégorie de machine) et, plus curieusement, pas d’USB Type-C alors qu’il a fait son apparition depuis le printemps sur le MacBook.

Ce trio utilise un processeur Core i5 à quatre cœurs de la série Broadwell. C’est l’avant dernière génération d’Intel, qu’Apple a mis depuis quelques mois dans ses MacBook et MacBook Pro 13″. C’est un processeur récent mais moins que Skylake, tout frais sorti, et utilisé dans les nouveaux iMac 27″.

Ces trois iMac 21,5″ sont de fréquences différentes : 1,6 GHz et 2,8 GHz sur les non Retina et 3,1 GHz sur le 4K. Les trois ont aussi une puce graphique intégrée : Intel HD Graphics 6000 sur le premier et Intel Iris Pro Graphics 6200 sur les deux autres.

 

LAISSER UNE REPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Entrez votre nom ici