Sélectionner une page

Simon Munzu sera absent à Buéa

Simon Munzu sera absent à Buéa
L’information a été donnée par le Cardinal émérite Christian Tumi le mercredi 14 Novembre dernier au cours d’un point de presse qui s’est tenue dans l’une des salles de conférence de la cathédrale St Pierre et Paul de Douala.

Victime de plusieurs menaces de mort de la part de ses détracteurs, le coordonnateur général du comité d’organisation de la « General Anglophone Conference » et par ailleurs son porte parole, Simon Munzu s’est vu obligé de se rétracter et d’annuler sa participation à ce grand rendez-vous d’échange et de propositions de solutions pour  la sortie de crise dans les régions du Sud-ouest et du Nord-ouest. Le cardinal Tumi regrette beaucoup cette absence et présente M. Munzu comme une « ressource inestimable ».

La conférence aura bel et bien lieu

Au cours du point de presse, le cardinal a tenu a rassuré l’opinion publique nationale et internationale qui suit avec beaucoup d’attention l’évolution de l’actualité concernant la rencontre de Buéa. « Du 21 au 22 Novembre 2018, se tiendra à Buéa la conférence générale des anglophones » l’a confirmé le prélat. Les démarches administratives relatives à son organisation suivent leurs cours et le cardinal se montre optimiste. «  Au cas où l’autorisation nous est refusée, nous ne pourrons entrer en conflit avec l’administration. Nous serons contraints d’annuler cette rencontre et l’opinion publique se fera son idée » rajoute le serviteur de Dieu.

Quid de la quintessence du RDV de Buéa ?

La conférence générale anglophone vise à réunir tous les natifs des régions du Sud-ouest et du Nord-ouest pour échanger et trouver des solutions afin de sortir les régions dont ils sont originaires de la tension sociale qui les affecte depuis 2016.

D’après les organisateurs de cette rencontre, tout le monde est convié ; les parties politiques y compris mais en qualité d’observateurs. Ils précisent que cette action est apolitique. Elle ne vise nullement à trouver des solutions politiques (discussion sur la forme de l’Etat) mais des solutions sociales qui permettront de ramener la « paix » au sein de la communauté.

A l’issue de ce RDV, les organisateurs iront à Yaoundé pour présenter au chef de l’Etat nouvellement réélu, les « résultats de leur travail ». Il lui reviendra de les appliquer ou non.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *