RDC : “Le pays va très mal. Debout Congolais!”

La Conférence des évêques congolais est aux abois.  Elle s’est réunie du 19 au 23 juin. Le pays va très mal: détérioration continue de la situation socio économique, sécuritaire et humanitaire.

Elle vient à nouveau d’alerter la communauté internationale de la grave crise que connaît la RDC, à l’issue de sa 54e assemblée plénière ordinaire : recul du taux de croissance, dépréciation de la monnaie nationale face aux devises étrangères, morosité du climat des affaires, découragement des investisseurs, baisse  du pouvoir d’achats, précarité, incapacité d’accéder aux soins de santé primaire et à la scolarité, explosion du chômage et d’insécurité -3000 tués en huit mois rien qu’au Kasaï…

La majorité présidentielle confirme l’analyse mais rejette les causes. Le diagnostic est amer. Les évêques invitent la classe politique à se ressaisir et à une intégrale application de l’accord du 31 décembre 2016, dont seule la mise en oeuvre pourrait mettre fin à l’impasse politique.

Maman Sidikou, Représentant spécial du Sg des Nations Unies en RDC

C’est la même analyse qu’avait faite le représentant spécial du SG des Nations pour la RDC, en mars dernier. Maman Sidikou déclarait : “Aussi longtemps que la dialogue politique demeurera dans l’impasse, les tensions risquent de monter dans le pays“.

La majorité s’aligne en partie sur la déclaration de la Conférence mais tente de minimiser l’ampleur de la situation par la voie de son porte-parole, Lambert Mendé, qui accuse les evêques de prendre position contre la majorité en place.

Lambert Mendé, Porte-parole du gouvernement

Lorsqu’on lit leur analyse -qui n’est pas nécessairement fausse dans les prémisses-, mais au niveau de l’analyse des causes, nous sentons comme un parti pris, nous sentons comme une réticence, à prendre de manière objective position et à appeler le rassemblement à pouvoir résoudre les problèmes qui sont internes au rassemblement et qu’ils veulent généraliser à l’ensemble de la classe politique, a déclaré Lambert Mendé.

La dégradation de la situation socio-économique dont évoque la conférence des evêques n’est ni nouvelle, ni méconnue tant dans le pays qu’à l’extérieur. Plusieurs personnalités ont été associées à la médiation, l’ancien Premier ministre togolais Edem Kodjo, l’Union africaine, les Nations unies… Mais c’est plus qu’un statu quo, la situation s’empire!

La Cenco, la Conférence épiscopale nationale du Congo, attribue l’état de la “situation misérable [du pays] à la non-organisation des élections“, due aux fait “qu’une minorité a pris en otage des millions de Congolais“.

Elle exhorte le gouvernement à un accord de sortie de crise, et invite la population à la prière pour “nous disposer à rendre plus inventives notre solidarité et notre proximité fraternelle avec nos compatriotes vivant dans les zones de conflit en nous mobilisant pour une assistance humanitaire conséquente“. Puisse entendre les autorités de la RDC et s’y associer.

 

6 pensées sur “RDC : “Le pays va très mal. Debout Congolais!”

  • Avatar
    25 juin 2017 à 23 h 28 min
    Permalink

    Bruits de bottes aux frontières de l’Angola ?
    « Kabila » tient une réunion stratégique à Kingakati

    Traqué par le sort et par la pression des événements, «Kabila» compte ses jours, mais refuse de lâcher prise. Il multiplie les débauchages par la corruption pour laminer une opposition politique composée d’élites compradores et corruptibles à gré. Et dans cette atmosphère de fin de règne, les vendeurs d’informations alarmantes foisonnent de toute part en quête d’argent. Des rumeurs de coups d’état se succèdent les unes aux autres, aussi vraies que fausses.
    Ainsi, suite à une rumeur persistante d’un coup d’état qui serait en gestation à partir de l’Angola, un pays pourtant allié à son régime, « Joseph Kabila » a tenu autour de lui à Kingakati, dans la nuit du samedi 06 au dimanche 07 mai, une «réunion de haute stratégie» pour contrer ou déjouer un coup d’état que prépareraient quelques membres du fameux G7.
    Cette réunion a connu la participation d’une équipe spéciale venue d’urgence du Katanga et conduite par le Général John Numbi et composée du Rédoc de l’A.N.R./Katanga Nzita, du Maire de Lubumbsahi Sanguza Mutunda, d’Eric Kalonji, Le N°1 de l’A.N.R. Lubumbashi et petit frère de Kalev, de Kasongo Tshikala alias Scoda, le N°2 de l’A.N.R./Lubumbashi chargé des opérations « suicide » et petit frère de John Numbi, du Général Jean Bosco Galenga, sans fonction précise au Katanga mais évoluant sous la gestion privée de John Numbi, de Philémon Yav, ami de Richard Muyej, fils aîné du Général Mbumba. Le Directeur de cabinet de « Kabila » et Kalev Mutond, AG/A.N.R. ont aussi pris part à cette réunion.
    C’est le Général John Numbi qui a fait l’exposé de l’objet de la rencontre. Il a expliqué aux participants l’ampleur du complot qui se préparait en Angola contre leur pouvoir. Selon lui, des informations très sures font état d’un complot ourdi par certains opposants congolais membres du G7, qui travailleraient pour le compte de Moïse Katumbi. Et c’est le frère de ce dernier, Katebe Katoto qui assurerait des liaisons à partir de la RDC avec leurs hommes en Angola et à Bruxelles. Un long débat s’en est suivi pour savoir s’il fallait neutraliser sur le coup les « traitres » ou s’il fallait attendre. Après un long débat, et sur recommandation d’Hyppolite Kanambe, il a été décidé de laisser évoluer Katebe Katoto avant d’agir. Il faut que les preuves du complot soient suffisamment réunies. Le Redoc Nzita assisté de Kasongo Thsikala alias Scoda ont reçu la mission d’infiltrer Katebe Katoto et de le « manger à l’italienne » le moment venu !
    « Kabila » est en train de scruter sérieusement l’hypothèse d’organiser un coup d’état de palais, pour proclamer un état d’urgence. Mais il redoute que ses complices lui jouent un mauvais tour et transforment ce bluff en véritable coup d’état et lui dament le pion ! La suspicion et la méfiance sont telles que « Kabila », nous dit-on, a même peur de son ombre ! Il soupçonne même ses mentors Kagame et Museveni de composer avec Dos Santos de l’Angola pour le renverser, sous la pression des Etats-Unis d’Amérique. L’entreprise de l’occupation et de la balkanisation de la RDC est en train de se transformer, lentement mais surement, en Tour de Babel.
    Un phénomène abominable apparait au travers de toutes ces tractions : ce que sans l’apport des intellectuels civils et militaires congolais, l’imposteur rwandais « Kabila » ne saurait rien faire en RDC ! Malheureusement, ce jeune inculte et barbare arrive à instrumentaliser la majorité de cadres intellectuels civils, militaires et religieux congolais à cause de leur propre stupidité et médiocrité.

    Répondre
  • Avatar
    25 juin 2017 à 23 h 23 min
    Permalink

    Séisme au sein de la Kabilie: Les militaires ex-DSP, ex-MLC et les guerriers Enyele ont quitté la prison de Makala!
    FacebookTwitter

    L’évasion de la prison de Makala provoque un séisme au sein de la kabilie :
    Les militaires ex-DSP, ex-MLC et les guerriers Enyele ont quitté la prison de Makala !
    Atundu encourage « Kabila » à déclencher un «pillage organisé» pour massacrer la jeunesse et l’opposition congolaises !

    L’évasion intervenue ce mercredi 17 mai aux environs de 3 heures du matin à la prison de Makala a provoqué un véritable tremblement de terre au sein de la « kabilie » et du Tutsi-power. Les chiens de Pavlov autour de « Kabila » ont d’abord voulu minimiser l’événement pour se disculper devant leur « raïs » pour n’avoir pas su prévenir ce coup. Tambwe Mamba s’est précipité d’annoncer une « évasion des 50 prisonniers suite à une attaque des adeptes de Bundu dia Congo qui ont libéré leur leader spirituel Ne mwanda Nsemi ». Mais ce gros mensonge sera vite battu en brèche par les déclarations successives des responsables des différentes communes de Kinshasa qui signalaient l’arrivée dans leurs communes des centaines de prisonniers évadés de Makala. Toute honte bue, le même Tambwe annoncera quelques heures après, qu’ils ont récupéré 79 évadés de prison, oubliant qu’il avait annoncé, quelques heures avant, le chiffre de 50 évadés seulement ! Mais le mensonge fait partie du style-même du régime « Kabila » et cela ne gêne plus personne dans ce monde de mensonge.
    Mais au moment où les médias-mensonges au service de « Kabila » tentaient vainement de rassurer la population, l’évasion de Makala provoquait un véritable séisme à Kingakati, « Kabila » venait d’être informé de la vraie face de l’opération, une catastrophe : plus de 3 mille prisonniers, soit près de la moitié de la population carcérale de Makala, s’étaient évadés. Plus grave, tous les prisonniers des Pavillons 11 et 7 s’étaient aussi évadés. Or, Kanambe sait que ces deux pavillons-là abritaient plusieurs centaines de militaires ex-DSP et ex-MLC de jean Pierre Bemba ainsi que les fameux guerriers Enyele d’Udjani. Ainsi, l’évasion de ces prisonniers constitue son pire cauchemar ! Des renforts, envoyés d’« urgence » par «Kabila», deux heures seulement après le déclenchement de l’opération d’évasion, sont arrivés trop tard. Les militaires et les guerriers évadés avaient réussi à s’emparer des armes des policiers et militaires de garde tués et à se frayer le chemin nuitamment pour quitter les lieux. Sur leur chemin, ils ont laissé plusieurs cadavres des militaires rwandais des Bana Mura qui avaient tenté de leur barrer la route au niveau de Kingabwa et du Palais de la Nation. Cependant, l’autre escadron des Bana Mura qui fut arrivé à la prison de Makala a procédé à un véritable carnage. Ce sont ces militaires-là qui ont massacré les policiers congolais et tous les évadés qui voulaient quitter la prison tardivement. Devant l’ampleur du massacre des civils et militaires congolais, le général Delphin Kayimbi de la DEMIAP (service de renseignement militaire) a dépêché sur les lieux 4 véhicules militaires de marque Zefangs pour évacuer les cadavres.
    A l’heure où nous couchons ces lignes, une délégation de « Kabila » se trouve à Brazzaville depuis mercredi à 16 heures où elle est allée demander au Président Sassou son intervention pour neutraliser les « évadés » qui auraient fui à Brazzaville pour y rejoindre Honoré Ngbanda qui, selon le rapport des services spéciaux, aurait été aperçu à Kinshasa quelques jours avant l’événement. Les autorités politiques et militaires brazzavilloises ont dit n’avoir rien enregistré de ce mouvement.
    Pendant ce temps, sur place à Kinshasa, « Kabila » a réuni ses services autour de lui toute la nuit de mercredi à jeudi pour faire le point de la situation qui se présente très mal pour lui. Profitant de son état de panique, André Alain Atundu qui fait ostensiblement des biceps pour jouer à l’éminence grise de « Kabila », brille par des conseils de plus en plus machiavéliques, au point d’effrayer même ses propres collègues collabos autour de « Kabila ». Dans son excès de zèle, il a conseillé à « Kabila » d’organiser rapidement le couvre-feu de 20h à 05h dans les communes de Tshangu, Ngiri-ngiri, Makala, Bumbu pour arrêter et enlever tous les jeunes kinois et les présenter comme les cellules dormantes des ex-DSP, ex-MLC et Enyele. Il a proposé ensuite au « raïs » de profiter de ce climat particulier pour organiser lui-même le pillage de la ville de Kinshasa, pillage qu’il imputerait aux évadés de la prison de Makala. Car, selon Atundu, ce pillage donnerait l’occasion d’éliminer d’abord les rivaux rwandais de « Kabila » (Bisengimana et Rugwiza), ainsi que tous les hommes politiques congolais qui barrent la route aux ambitions du « raïs »! Devant la réticence et l’opposition d’autres collabos aux propositions d’Atundu, « Kabila » a décidé de soumettre ce sujet à l’étude pour lui permettre de lever une option. André Alain Atundu oublie une chose : lors de ce « pillage organisé », le pilleur peut être pillé à son tour! La dynamique enclenchée par la prison de Makala commence déjà à produire un effet domino : cette nuit de jeudi 18 à vendredi 19 mai, la prison de Kasangulu dans la province du Kongo central vient de se vider de tous ses prisonniers. En effet, les 70 prisonniers se sont fait la belle et se trouvent quelque part dans la nature !
    Nous invitons donc tous les jeunes kinois habitant les communes citées ci-dessus à redoubler de vigilance. L’œil du Patriote qui suit du dedans l’évolution des dispositions du régime sanguinaire des rwandais à Kinshasa ne manquera pas de vous tenir informé à temps pour vous prévenir des précautions à prendre. A tous les militaires évadés de la prison, et qui se trouvent dans des communes visées par « Kabila », ils sont vivement conseillés de s’exfiltrer de ces zones rouges pour se mettre à l’abri, hors du périmètre visé par l’ennemi.

    Candide OKEKE

    Répondre
  • Avatar
    25 juin 2017 à 23 h 19 min
    Permalink

    Monsieur le rédacteur…Ayez l’honnêteté de dire la vraie vérité. Le Rwanda est où dans cette affaire. Monsieur Kodjo que vous parlez. N’est ce pas a été envoyé par ses amis Sassou et Kagamé pour torpiller ce processus ? Dites nous pourquoi Kabila de son vrai nom Kanambe est préservé ?

    Répondre
  • Avatar
    25 juin 2017 à 23 h 14 min
    Permalink

    C’est cet article qui ne désigne le tueur congolais Kabila ? Avez-vous touché l’argent sale de ce bandit à Kinshasa ? Je suis dégouté de votre article…Vendu !

    Répondre
  • Avatar
    25 juin 2017 à 23 h 10 min
    Permalink

    Je suis d’accord avec cet article, mais, il fallait taper sur celui qui est à la base de tout ça Kabila…Le rédacteur en chef de PNEWS a été tendre avec le bourreau de la RDC et cela me contrarie…

    Répondre
  • Avatar
    25 juin 2017 à 22 h 59 min
    Permalink

    SALAUD KABILA…IL TERMINERA COMME SAMULE DOE

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *