Sélectionner une page

L’honorable Jean Jacques Ekindi pose la première pierre du dialogue inclusif

L’honorable Jean Jacques Ekindi pose la première pierre du dialogue inclusif

Face à la persistance des violences dans les zones du Sud-ouest et du Nord-ouest, le Président du Mouvement Progressiste (MP), l’Honorable Jean Jacques Ekindi a réuni les Hommes politiques, les chefs traditionnels et religieux, les Hommes de médias pour une réflexion qui portait sur la résolution pacifique de la crise dite anglophone.

L’événement qui a eu pour cadre la salle des fêtes d’Akwa a connu les participations très remarquées du Cardinal Émérite Christian Tumi, Henriette Ekwé, Serges Espoir Matomba du Peuple Uni pour la Rénovation sociale (PURS), Tita Fon du Cameroon People’s Party (CPP), Fritz Ngo du Mouvement des écologistes du Cameroun (MEC).

Après une longue série d’échanges, les différentes participants ont été unanimes sur le dialogue inclusif comme solution de sortie de la crise qui se vit dans les régions du Sud-ouest et du Nord-ouest. Pour Tita Fon qui a exposé sur la genèse de cette crise, déploré les ravages humains et matériels qu’elle cause, il est plus que jamais urgent de passer au dialogue mais un dialogue où il ne sera pas question de venir avec un esprit revanchard mais avec un esprit constructif. Une position à laquelle souscrit Serges Espoir Matomba qui a exhorté les différentes participants à mettre sur pied une synergie d’efforts pour “aller imposer le dialogue” à “Buéa ou à Bamenda”. Le secrétaire général du Purs pense qu’il est temps de passer de la “parole à l’action”. Fritz Ngo qui a exposé sur les conséquences écologiques de la crise dite anglophone, a conclu ses propos en exhortant le gouvernement à œuvrer pour le “manger ensemble” car soutient l’écologiste, le Cameroun n’a pas de problème de “vivre ensemble” mais de “manger ensemble” autrement dit il invite le gouvernement à travailler pour l’intérêt commun et à mettre en exécution des politiques qui seront bénéfiques pour l’épanouissement de tous les Camerounais.

Le Manifeste Fédéraliste

Pour le Mouvement Progressiste, la solution pour le retour à la stabilité au Cameroun et au développement du pays, c’est le Fédéralisme. A cet effet, il propose la mise en place pacifique et démocratique de la “République Fédérale du Cameroun”. Une république fédérale à 10 Etats fédérés souverains représentant les 10 régions. Ces Etats Fédérés seront complétés par un onzième Etat: l’Etat fédéral ou la Fédération. Cet Etat siégera à Yaoundé et recevra par “le truchement de la Constitution, des compétences exclusives et des compétences partagées avec les Etats fédérés.

Si le parti reconnait que l’Etat Fédéral ne “rendra pas les Hommes plus vertueux et moins corruptibles”, il soutient qu’il “permettra de lutter contre les dérèglements pour lesquels l’Etat unitaire a failli” en créant “un cadre propice à la résolution de toutes les crises”.

D’après l’honorable Jean Jacques Ekindi, la réussite d’un tel projet dépendra du ralliement massif de la population. Une plateforme est annoncée pour la réalisation de ce projet dont plus amples informations vous seront communiquées dans les prochains jours.

Publicité

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité