Sélectionner une page

JIF au Cameroun: entre réjouissance et appel au boycott

JIF au Cameroun: entre réjouissance et appel au boycott

Ce vendredi 08 mars 2019, se célèbre à travers le monde la 34e Journée Internationale de la Femme placée sous le thème : « Croisade contre les inégalités des sexes : s’arrimer à la nouvelle impulsion ».

Cette célébration qui se tient au Cameroun dans un contexte social marqué par des crises sécuritaires dans certaines régions du pays, divise l’opinion. Deux camps se créent. Le premier trouve en cet événement mondial l’opportunité de plaider davantage pour l’émancipation de la femme, la lutte pour la parité du genre, le combat pour la reconnaissance des droits de la femme. Les partisanes de ce groupe ont multiplié depuis l’entame du mois de mars, des causes éducatives, des campagnes de sensibilisation, des ateliers de formation autour des questions de l’amélioration des conditions de vie  de la gente féminine, la place de la femme en société, dans son foyer,  sans oublier le respect de l’égalité des sexes. Cette catégorie est celle qui a massivement répondue présente aux différentes parades organisées cette matinée à travers le triangle national.

Le second groupe quant à lui est constitué de ces femmes qui appellent au boycott pur et simple de cette manifestation. Les raisons évoquées sont aussi multiples que « pertinentes » pensent elles. La plus évoquée de toutes est la crise anglophone. Pour les partisanes de ce groupe, il n’est pas question de boycotter la symbolique de cette journée mais plutôt cette instrumentation qui en est faite. Elles ont prescrit le port des vêtements noirs à la place des tenues faites à partie des pagnes qualifiées de « pagnes du 08 mars » pour exprimer leur ras-le-bol et appeler au « changement ». Cet appel au boycott est plus respecté au Sud-ouest et au Nord-ouest où une faible mobilisation des femmes s’est observée. Les leaders féminins de l’association “North west and South west Women Task Force”, essentiellement veuves, seraient à l’origine de cette situation.

Malgré ces divergences d’opinions, la célébration du 08 Mars au Cameroun se tient pour le moment sans heurt et dans une ambiance plutôt festive.

Publicité

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *