Sélectionner une page

Grande-Bretagne : les experts remettent en question l’augmentation de l’aide publique au développement

Grande-Bretagne : les experts remettent en question l’augmentation de l’aide publique au développement

Le gouvernement britannique s’est engagé à augmenter son budget de 1,5% pour l’année 2020-2021. Certains analystes se sont interrogés sur la part de l’effort promis par le Département du développement international (DFID), avertissant qu’une partie de l’augmentation semble aller à d’autres départements.

Les plans de dépenses du chancelier Sajid Javid ne couvrent qu’un an au lieu des trois habituels en raison des incertitudes entourant le Brexit . Ce qui soulève des inquiétudes quant à l’avenir du budget de l’aide et à l’indépendance du DFID  sous le scepticisme du Premier ministre, Boris Johnson. Dans ce plan, le chancelier a annoncé que son pays continuerait à consacrer 0,7% de son revenu national brut à l’aide à l’étranger et s’est engagé à augmenter de 1,5% le plafond des dépenses du DFID, soit 9,3 milliards de livres à 9,6 milliards de livres sterling. 

Cependant, certains experts de l’aide ont mis en doute les détails de l’augmentation proposée, sachant que l’examen des dépenses promettait également au Foreign & Commonwealth Office (FCO) une enveloppe supplémentaire de cinquante millions de livres sterling du DFID, ainsi qu’une augmentation de l’Aide publique au développement (APD) pour d’autres départements et des fonds intergouvernementaux. Ils ont convenu que le plan semble montrer une accélération de la tendance récente à dépenser plus d’APD, ce qui a été critiqué par les analystes de l’aide pour sa “piètre performance en matière de transparence  et son incapacité à dépenser efficacement l’APD de manière alignée, avec des objectifs d’éradication de la pauvreté”.

Selon l’examen des dépenses, les cinquante millions de livres sterling supplémentaires que le FCO est censé recevoir du DFID “soutiendront les objectifs et les engagements de la politique étrangère du Royaume-Uni, tout en renforçant sa capacité à mettre en œuvre le programme du gouvernement britannique en Grande-Bretagne”.

Toni Pearce, responsable du plaidoyer chez Oxfam GB , a déclaré: “Nous nous félicitons de l’engagement continu du gouvernement de fournir 0,7% du revenu national sous forme d’aide [mais] nous sommes… préoccupés par les montants importants d’aide transférés de [DFID] à Foreign Office , étant donné que le DFID est l’un des fournisseurs d’aide les plus transparents au monde et que le FCO est l’un des moins transparents”.

Le Fonds pour les conflits, la stabilité et la sécurité  recevra une APD supplémentaire de cinquante millions de livres sterling en 2020-2021, ce qui représente une augmentation de 8% par rapport au budget de l’année dernière. Le Fonds de prospérité recevra quinze millions de livres de plus que le budget de l’année dernière, ce qui représente une augmentation de 5%.

Le cycle de dépenses de Javid a également souligné les dispositions permettant au DFID d’accroître son “soutien au renforcement des capacités de l’APD entre gouvernements”, en détachant du personnel supplémentaire pour travailler avec d’autres entités de l’APD. L’examen des dépenses promet également d’apporter “au moins deux cent cinquante millions de livres sterling” aux fonds internationaux pour le climat et l’environnement, y compris le Fonds vert pour le climat.

Le Premier ministre britannique, Boris Johnson, a déclaré que le Royaume-Uni doublerait sa contribution  au fonds.

Par NONO

Publicité

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité