Développement : la mortalité et la malnutrition, des fléaux graves pour les enfants

Ils seraient au moins 700 millions, le nombre d’enfants frappés par la mortalité et la malnutrition sévère, selon l’Ong Save the Children.

Intitulé “Enfances volées”, ce rapport  affirme qu’au moins 700 millions d’enfants meurent tôt, à cause d’une malnutrition sévère chez les moins de cinq ans, la déscolarisation au primaire et secondaire, le travail, les mariages et maternités précoces et des conflits.

Il sont au nombre de vingt, en Afrique de l’Ouest, Afrique centrale et  Afrique de l’est, notamment en Centrafrique, RDC, Somalie, Cameroun, Soudan du Sud, Mozambique les pays où l’enfance est considérée comme la plus menacée,

Le Niger arrive en dernière position, à cause du nombre important de mariages précoces qui concernent près de 60 % des filles entre 15 et 19 ans, et sa conséquence directe : maternités précoces (20 % des jeunes filles de 15-19 ans), le taux  de déscolarisés (+54 %) et le taux de malnutrition sévère (43 %), aussi au-dessus de la moyenne régionale.

C’est en Tunisie que l’enfance est la mieux préservée en Afrique, d’après le rapport (45ème place).” Les causes de la malnutrition sont certes structurelles, mais bien souvent culturelles“, souligne Caroline Bah, de l’ONG Afrique verte.

La nutrition, une affaire d’éducation

Elle pense que la nutrition est aussi affaire d’éducation. Elle explique le manque d’information. Le rapport souligne une incapacité des pays africains à réduire la malnutrition chez les jeunes enfants.  Deux courbes quasiment diamétralement opposées,  avec l’Asie, qui devraient se croiser à l’horizon 2020.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *