Sélectionner une page

Développement: la Banque mondiale lance un objectif d’éducation “plus réalisable”

Développement: la Banque mondiale lance un objectif d’éducation “plus réalisable”

Alors que les objectifs mondiaux d’éducation fixés par les objectifs de développement durable (ODD) sont de plus en plus difficiles à atteindre, la Banque mondiale (BM) appelle les pays à concentrer leurs efforts sur un nouvel objectif plus simple.

Cet objectif consiste à réduire de moitié au moins la “pauvreté d’apprentissage” définie comme le nombre d’enfants de 10 ans incapables de lire une histoire simple, d’ici 2030. Selon une nouvelle étude de la BM, plus de la moitié des enfants des pays à revenu faible et intermédiaire – et près de 90% de ceux vivant en Afrique subsaharienne – ne savent pas lire correctement avant l’âge de dix ans. Elle appelle cela la “pauvreté d’apprentissage, considérant la lecture comme un “portail”  vers d’autres matières et compétences. 
Les enfants qui ne l’ont pas maîtrisé en quatrième année sont moins susceptibles de se rattraper. En réponse, la BM a lancé une nouvelle initiative invitant les pays les plus en retard à réduire de moitié au moins leur taux de pauvreté en apprentissage d’ici 2030, avec pour objectif ultime de parvenir à une pauvreté sans apprentissage. Cette initiative intervient alors que les  statistiques des Nations Unies révélaient que les progrès accomplis dans la réalisation des objectifs de l’ODD 4 en matière d’éducation – qui incluent l’alphabétisation et le calcul universels – étaient trop lointains pour être atteints d’ici 2030.
“Dans les pays à revenu faible et intermédiaire, plus de la moitié des enfants de 10 ans ne savent pas lire [et] c’est inacceptable. Éliminer la pauvreté en apprentissage … est une question urgente et essentielle pour réduire la pauvreté en général, stimuler la prospérité partagée et aider les enfants à réaliser leur potentiel “, a déclaré David Malpass, président de la BM. “C’est pourquoi nous nous fixons un nouvel objectif: réduire de moitié au moins le niveau mondial de pauvreté d’apprentissage”, a-t-il poursuivi.
Un objectif “réalisable” et qui nécessitera la coordination et les ressources “, a-t-il précisé. Une partie de ce problème tient également au fait que les cibles de l’ODD 4 sont trop ambitieuses et trop larges pour que certains décideurs politiques puissent prendre du retard, selon Jaime Saavedra, directeur de l’éducation mondiale à la BM.
“L’ODD 4 comporte un grand nombre d’indicateurs, mais ce n’est pas bon pour une approche pangouvernementale”, a déclaré Jaime Saavedra.
En revanche, réduire de moitié la pauvreté d’apprentissage – ce qui obligera certains pays à tripler leur taux de progrès en matière d’alphabétisation – est “difficile mais réalisable”, tout en étant facile à comprendre, a-t-il indiqué. La BM souhaite également que les éducateurs enseignent dans leur langue maternelle aux enfants en bas âge scolaire, car les recherches montrent que  cela conduit à de meilleurs résultats d’apprentissage. Pour David Evans, chercheur principal au Center for Global Development , l’objectif était complémentaire à l’ODD 4 mais ne le remplacerait pas.
La Directrice générale de l’UNICEF, Henrietta Fore, a déclaré qu’elle se félicitait du nouvel objectif de la BM, tout en faisant valoir que l’éducation de la petite enfance doit également être une priorité, et a appelé les gouvernements à s’engager à fournir aux enfants au moins un an d’éducation de la petite enfance. veiller à ce que les enfants soient “plus disposés à apprendre” lorsqu’ils se rendent à l’école.
Nono 

Publicité

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité