Sélectionner une page

Cameroun:”les lundis villes mortes”, continuent dans les régions anglophones.

Cameroun:”les lundis villes mortes”, continuent dans les régions anglophones.

72 Heures après la fermeture du Grand Dialogue National présidé par le Chef du gouvernement, Dion Nguté, les régions anglophones continuent de respecter les “lundis villes mortes”.

Dans un élément diffusé au journal du média de télédiffusion privé “Equinoxe TV”, on constate que les rues sont restes désertes ce lundi, dans la majorité des localités des régions du Nord-ouest et du Sud-ouest. A Bamenda, capitale de la région du Nord-ouest, il était difficile d’apercevoir le moindre signe de vie dans les rues. Il en a été de même à Kumba dans le Sud-ouest. Tout de même, à Buéa, capitale du Sud-ouest, les populations habitant Molyko au centre ville, ont bravé en faible quantité le mot d’ordre lancé par les séparatistes. Le “Ghost town” n’a pas vraiment été respecté à Molyko ce lundi. Quelques points de commerces ont ouvert leurs portes et dans la rue, des taxis circulaient librement.

Les résolutions du Grand Dialogue National en deçà des attentes dans les régions anglophones?

Le Grand Dialogue National qui s’est achevé le 04 octobre, a prioritairement était axé sur la recherche des solutions pour ramener la paix dans les régions du Sud-ouest et du Nord-ouest. Les deux tiers des participants à ce rendez-vous national historique, provenaient ou étaient originaires de ces régions.

L’événement tant sollicité a d’ailleurs accouché de mesures fortes du Chef de l’Etat dont l’arrêt des poursuites contre 333 personnes poursuivies dans le cadre de la crise anglophone. Elle a donné lieu à une série de résolutions dont la plus emblématique reste le “statut spécial” dans le cadre de l’application de la décentralisation “accélérée” dont bénéficieront ces régions. Des mesures qui semblent pour le moment insuffisantes pour stimuler les populations dans ces régions à braver le mot d’ordre de désobéissance civile lancé par les séparatistes.

Cependant, certains observateurs de la scène politique restent tout de même optimiste. Pour eux, cela aurait été un “miracle” que les recommandations faites lors du Grand Dialogue National, aient un impact immédiat sur les populations des régions du Sud-ouest et du Nord-ouest. Selon eux, il faudra se montrer “patient”.

Publicité

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *