Sélectionner une page

Cameroun: Crise anglophone, réactions des Hommes d’églises et du Sultan Njoya.

Cameroun: Crise anglophone, réactions des Hommes d’églises et du Sultan Njoya.

L’évolution de la crise qui a cours dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest au Cameroun, inquiète davantage l’opinion national et international. Des revendications corporatistes, l’expression des velléités sécessionnistes gagne progressivement les régions suscités. 

Les mesures prises par le chef de l’Etat S.E Paul Biya pour restaurer la paix dans les zones anglophones semblent être insuffisantes pour les manifestants qui montent de plus en plus au créneau pour revendiquer l’indépendance de leur territoire. La situation est devenue encore plus inquiétante avec la déclaration faite par le leader des sécessionnistes Sisiku Julius Ayuk Tabe qui consacrait le dimanche 01er Octobre 2017, Jour d’indépendance du Southern Cameroon.

Face à cette dégradation du climat social, les autorités religieuses du Cameroun, dans leur rôle de promoteur de la paix et du vivre ensemble, ont effectué des sorties pour prôner le dialogue et le maintien de l’Unité de la Nation. Chef traditionnel supérieur du département du Noun qui a abrité le 01er Octobre 1961 la conférence de Foumban, le Sultan Njoya dans sa réaction s’est inscrit dans le même sens.

Samuel Kleida, Président en exercice de la conférence épiscopale du Cameroun, et archevêque de Douala

“Il faut que les parties s’asseyent à la même table, posent clairement les problèmes et cherchent à les résoudre, parce que tout problème doit se résoudre par le dialogue. On doit écouter chacun. Au terme du débat, on arrive à des conclusions. Autre chose, en tant qu’église catholique, nous sommes pour la paix et nous avons plusieurs fois invité les camerounais à prier pour le retour de la paix dans notre paix. c’est important à l’heure où nous sommes. La violence en fait n’engendre que la violence”.

Révérend Dr Jean Libom Li Likeng, pasteur de l’Eglise presbytérienne du Cameroun.

“J’ai un regard plein de tristesse pour ce qui arrive à ce pays que nous considérons comme un havre de la paix. Nous croyons encore à cette paix, parce que nous prions. Comme solution de sortie de cette crise, je propose que les Hommes se rapprochent du Christ. Tous les citoyens de ce pays doivent regarder à l’intérieur d’eux pour pouvoir réinventer un Cameroun de vie et d’amour”.

 

Pour l’imam de la mosquée du centre à Soa, Adamou Mana: “Quelles que soient les causes,  même si nous ne les connaissons pas véritablement, rien ne justifie la violence, la division. L’union fait la force. Donc si nous sommes ensemble, nous sommes plus forts”.

 

Sultan Mbouombouo Njoya, roi des bamoun

 

“Le dialogue  et rien que le dialogue est seul à mesure de mettre un terme au problème auquel nous sommes confrontés aujourd’hui. La paix n’a pas de prix”.

Publicité

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *