Sélectionner une page

Afrique australe : le lieu exact du berceau de l’humanité

Afrique australe : le lieu exact du berceau de l’humanité

Les premiers humains sont nés en Afrique australe, notamment sur le territoire du Botswana, avance l’étude des scientifiques du Garvan Institute of Medical Research, publiée dans la revue Nature.

Même si la théorique dominante sur l’origine africaine de l’homme est connue de tous et depuis longtemps, la région de naissance de nos ancêtres n’avait pas encore été spécifiée. Cependant, des spécialistes du Garvan Institute of Medical Research annoncent que l’Afrique australe est “la patrie ancestrale” de l’homme moderne. Selon une nouvelle étude publiée dans la revue Nature, nos ancêtres sont apparus en Afrique il y a 200.000 ans. Et les humains ont commencé à se disperser sur toute la Terre il y a environ 130.000 ans. Après avoir analysé 200 génomes mitochondriaux prélevés chez des habitants de certains pays sud-africains, les scientifiques ont découvert la présence du gaplogroupe L0, considéré comme l’une des plus anciennes lignées d’ADN de l’homme moderne.
Ainsi, les chercheurs ont réussi à localiser la région de l’apparition du premier lignage génétique maternel de l’Homo Sapiens. D’après cette hypothèse, le territoire situé au sud du fleuve Zambèze, incluant le Botswana, la Namibie et le Zimbabwe est notamment concerné. Avant le changement climatique, les premiers hommes auraient habité cette région appelée “Kalahari” pendant 70.000 ans jusqu’à ce que le climat change, ce qui a pu déclencher plusieurs vagues de migration du peuple, fait savoir l’étude. À l’époque, ces terres étaient verdoyantes et luxuriantes, alors qu’aujourd’hui elles sont désertiques.
“Les premiers migrants se sont aventurés au nord-est, suivis d’une deuxième vague de migrants qui ont voyagé vers le sud-ouest. Une troisième population est restée sur place jusqu’à aujourd’hui:, a déclaré Vanessa Hayes, auteure principale de l’étude. Bien que de nouvelles précisions soient apportées à la théorie des racines de l’humanité, l’étude n’est pas exhaustive, soulignent certains chercheurs cités par le portail Futura Sciences. Il reste encore des lacunes qu’il faudra combler.Nono

Publicité

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *